Accueil - Plus d’infos Actualités - Alimentation : LA FAO, LE PAM ET L’UNICEF AU CHEVET DU GRAND (...)

Publié le : lundi le 25 juin 2012 par SNU-CI   |  

Abidjan, Vendredi, 22 Juin 2012, ...Mme Marie-Noëlle Koyara, représentante de la Fao en Côte d’Ivoire. Une double menace pèse sur le nord du pays. Il s’agit d’un risque élevé de malnutrition chronique et de manque de nourriture, ont annoncé la Fao, le Pam et l’Unicef, des agences du système des Nations Unies impliquées dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

C’était lors de la conférence que les responsables de ces organisations ont co-animée avec le directeur général des productions et de la sécurité alimentaire du ministère de l’Agriculture, Soumaïla Bredoumy, au sortir de la réunion qui s’est tenue ce mardi à l’hôtel Tiama.

Leur conviction se fonde sur les conclusions d’une mission d’évaluation qu’ils ont conduite dans le nord du pays et qui ont été valables à partir du 1er mai 2012 et qui sont valides jusqu’au 31 juillet 2012. Celles-ci précisent que la région des savanes a accueilli de nombreux déplacés pendant la crise post-électorale (entre décembre 2010 et mai 2011) et les familles hôtes ont vu leur disponibilité en semences souvent réduite de moitié, du fait de la présence plus ou moins prolongée des déplacés. A cela s’ajoutent la mauvaise pluviométrie et l’allongement de la période soudure qui va s’étendre de mai à octobre. En outre, « la flambée des prix des denrées alimentaires de base et la pression des commerçants des pays sahéliens ont accentué cette baisse des disponibilités céréalières », souligne l’étude. Ainsi dans le bassin céréalier du nord du pays, 51% de la population rurale sont potentiellement concernés. Egalement liée à la difficulté d’accès aux denrées alimentaires, la malnutrition chronique a atteint un taux critique. A ce propos, l’étude établit que 20% des ménages ont une alimentation pauvre, et le taux de malnutrition aiguë globale se situe à 4,7% pour les enfants de 6 à 59%. Aussi l’étude a-t-elle recommandé « des distributions gratuites de vivres pour permettre aux ménages les plus vulnérables de faire face à la prochaine période de soudure. Il s’agira de fournir deux mois de rations complètes en août et septembre 2012 à ces ménages ».

Par ailleurs, les agences des Nations Unies prévoient de distribuer des semences et des intrants agricoles dans les zones d’accueil des déplacés. Enfin, au regard de la fragilité actuelle de la situation alimentaire dans la région des savanes et ses probables implications sur l’état nutritionnel, l’étude a recommandé que soit réactivé, dès le mois de juin 2012, le système de suivi de la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire. Du côté du gouvernement, d’autres actions à court, moyen et long terme ont été planifiées. Soumaïla Bredoumy a expliqué qu’un fonds de soutien au secteur vivrier de 1,3 milliard de francs cfa a été mis en place par l’Etat et que plusieurs autres programmes destinés à assurer à la Côte d’Ivoire une sécurité alimentaire durable seraient également en cours d’exécution, ou font l’objet de recherche de financements. Outre les représentants des agences des Nations Unies, était également présent à cette réunion, un représentant de l’Union européenne. David Ya



Imprimer l'articleImprimer cet article

UNDAF

Coordonnateur Résident des activités opérationnelles du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire, Coordonnateur Humanitaire, Représentant Spécial du Secrétaire Général Adjoint et Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement

Telephone 1: +225-20 23 58 69
Telephone 2: +225-20 23 72 58
Telephone 3: +225-20 23 51 72
Telephone 4: +225-20 23 59 79
Telephone 5: +225-20 23 62 68